Delphes, un site spirituel, mystique et sacré

Delphes se situe entre deux imposantes roches du Mont Parnasse, connues sous le nom de Phédriades (les brillantes), dans le district régional de la Phocide, en Grèce centrale. C’est là que se trouve le sanctuaire panhellénique d’Apollon, le Dieu olympien de la lumière, du savoir et de l’harmonie. La région était habitée au deuxième millénaire av. J.-C. comme en témoignent les vestiges mycéniens (1500-1100 av. J.-C.).

Le sanctuaire et l’oracle se développèrent à partir du VIIIe siècle av. J.-C., et leur influence religieuse et politique s’accrut et s’étendit à toute la Grèce au VIe siècle av. J.-C. À la même époque, leur célébrité et leur prestige rayonnaient dans l’ensemble du monde tel qu’il était alors connu d’où les pèlerins venaient pour recevoir un oracle de la Pythie, la prêtresse d’Apollon.

Aux yeux des Grecs de l’Antiquité, Delphes, un lieu riche d’un grand patrimoine immatériel, était le centre du monde (omphalos) : selon la mythologie, c’est à Delphes que s’étaient rencontrés deux aigles lâchés par Zeus, l’un vers l’est, l’autre vers l’ouest. Le magnifique ensemble monumental est un lieu créé par la main de l’humain en parfaite harmonie avec l’environnement naturel rare dont les principales caractéristiques ont conduit à l’organisation des cultes. Cette relation harmonieuse, qui est demeurée préservée depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque actuelle, fait de Delphes un monument unique et un héritage inestimable transmis par le monde grec ancien aux générations suivantes.

Delphes étant distant d’environ 200 km d’Athènes, le voyage dure environ 2h30/3 heures. Le village actuel de Delphes ne présente pas d’intérêt particulier hormis une vue sur le golfe de Corinthe. L’ancien village se trouvait sur le site archéologique même. Il fallut donc, après avoir convaincu les habitants, déplacer et détruire tout l’ancien village pour que les fouilles archéologiques puissent débuter en 1892. Elles ont été menées par l’école française d’Athènes.

Le site archéologique est coupé en deux par le ravin de Castalie. A l’est de celui ci (en contrebas) se trouvent le temple d’Athéna Pronaia, le gymnase, une nécropole. A l’ouest, se trouvent le sanctuaire d’Apollon, le théâtre, le stade…etc. Quelques articles seront consacrés à ces édifices.

Ce site est principalement connu pour son sanctuaire dédié à Apollon, pour sa Pythie, pour les oracles de cette dernière. Mais pourquoi à Delphes et pas ailleurs?? Comment se fait il que Delphes ait été le centre religieux de la Grèce antique? Et même plus puisqu’au temps de sa splendeur, on venait de toute la Méditérannée et même d’Asie mineure pour consulter cet oracle.

Dès l’époque mycénienne, un sanctuaire existe à cet endroit. Apollon n’y est pas encore vénéré mais des oracles sont déjà rendus par Gaïa (ou Gê), la déesse de la Terre. Ce lieu ne s’appelle pas encore Delphes mais Pythô, en référence au dragon Python qui vit sur place et qui garde la fontaine sacrée Cassôtis.

Cherchant à établir son sanctuaire, Apollon parcourt le monde jusqu’à parvenir à Delphes, au pied du Parnasse. Il décide alors d’y établir son sanctuaire. Apollon pour s’appropier le lieu,  tue ce dragon de son arc. Zeus, pour laver ce crime, punit le jeune dieu en l’obligeant à aller se purifier pendant 8 ans dans la vallée de Tempé avant de succéder à Gê.

En revenant de son exil, Apollon rapporte le laurier avec lequel il fait construire le premier temple. Cherchant des prêtres, Apollon aperçoit un navire crétois se dirigeant vers Pylos. Le dieu, sous l’apparence d’un dauphin conduit ces marins à Kirrha après les avoir égarés en mer. Là, il se transforme en jeune homme et les mène à Delphes. Ces derniers ayant demandé au dieu comment ils allaient survivre dans ce lieu aride,  Apollon leur répondit qu’ils vivraient sans peine des offrandes des fidèles. Ce sont donc ces prêtres crétois qui amènent à Pythô le culte d’Apollon Dephinos (dauphin) et par là même renomment très certainement ce lieu Delphes.

Vers le milieu du VIII ème siècle av JC, le premier temple en pierre à bâtir est élevé. C’est alors que l’oracle acquiert  une grande célébrité non seulement dans le monde grec mais dans tout le monde connu. Des individus, des cités, des monarques barbares consultent l’oracle de Delphes et offrent de riches présents.

Le VIII ème siècle est celui de l’expansion et de la colonisation de la Méditerranée par les Grecs. Ces derniers, avant de s’embarquer dans une expédition, vont consulter l’oracle de Delphes pour demander s’il est bon de fonder une colonie, en quel endroit, avec quel fondateur. Ceci explique pourquoi de nombreuses colonies s’appellent Apollonia. Au début du VII ème siècle av JC, le roi Midas de Phrygie envoie à Delphes son trône royal en gage de sa vénération pour Apollon. Crésus, roi de Lydie, envoie lui un lion en or pur de 250 kgs monté sur une pyramide de 117 briques d’or blanc (alliage or argent).

A l’époque classique, après les guerres médiques, les Grecs font de splendides offrandes au sanctuaire d’Apollon. Après la victoire de Salamine, un Apollon colossal est érigé. Puis après la bataille de Platées, un trépied en or portant les noms des 31 cités grecques vainqueurs de l’armée du Grand Roi est offert au temple. Les « Trésor » se multiplient. Le IV ème siècle est un siècle d’or pour le développement monumental du sanctuaire. Avec tous ces oracles rendus, le sanctuaire était tout le temps impliqué dans la vie du monde grec, mais aussi du monde barbare. Il influait sur le cours des choses en temps de paix comme en temps de guerre.

A l’époque hellénistique, le sanctuaire passe sous la domination de la ligue étolienne après que celle ci eut repoussée victorieusement l’invasion des Galates (un peuple celte) en 279 av JC. Les rois de Pergame, en particulier Attale I, offrent des portiques, des statues à Delphes, notamment après leur victoire contre les Galates. Ils ont  aussi oeuvré à l’achévement du théâtre. Les rois de Macédoine offrent aux aussi de riches présents au sanctuaire. Le dernier roi de Macédoine, Persée, entend offrir une statue équestre de lui-même juchée sur un pilier. Malheureusement pour lui, il est défait en 168 av JC par les Romains à la bataille de Pydna.C’est donc le général romain vainqueur de cette bataille, Paul-Emile, qui offre une statue équestre de lui même sur ce même pilier!!

Delphes passe alors sous domination romaine. L’histoire du temple oscille entre pillages que ce soit par les Mèdes ou des Romains (Sylla, Néron, Constantin, Théodose) et période de protection et tentative de restauration de sa gloire d’antan. Le dernier oracle date de la fin du IV ème siècle ap JC lorsque Julien l’Apostat envoie Oribase consulter l’oracle. La réponse de la Pythie sonne comme un épigramme funéraire du culte séculaire d’Apollon:

« Vous irez dire au roi: le vestibule orné s’est effondré à terre,
Phoibos n’a plus d’abri, ni laurier prophétique,
ni de source qui parle; l’eau bavarde est tarie. »

Ainsi s’achève un millénaire de prédictions, d’oracles.

Le blog d’Ourson


Published on:   -  Filed under: News & Events